Contrats juridiques intelligents — L'avenir des contrats commerciaux

Contrats juridiques intelligents — L'avenir des contrats commerciaux

Mardi, 11 janvier, 2022

Que sont les contrats juridiques intelligents ?

Immédiatement après le lancement du bitcoin, l'idée de la blockchain et de ses applications a été perçue comme un catalyseur de changements radicaux dans la façon dont les contrats étaient conçus et mis en œuvre. Le concept de contrats intelligents est la prochaine étape logique du développement des contrats et de l'internet.

Les contrats juridiques intelligents permettraient de construire des accords juridiques qui peuvent être facilement vérifiés par un large éventail d'ordinateurs, plutôt que de s'appuyer sur l'interprétation humaine.

Dans un monde idéal, la technologie rédigerait ces nouveaux contrats en code, qui pourraient être lus par des machines et d'autres programmes et appliqués par la loi, tout comme les contrats traditionnels. Les contrats juridiques intelligents pourront fonctionner de manière autonome, sans intervention humaine directe.

Comment se forme un contrat légal intelligent ?

Il existe de multiples conditions pour la création d'un contrat juridiquement contraignant en droit anglais et gallois. L'accord, la contemplation, la certitude et l'exhaustivité, le désir de créer des liens juridiques et les exigences de formalité sont les conditions à surveiller.

 

Chacune de ces conditions, qui peuvent être utilisées pour créer des contrats juridiques intelligents, est examinée ci-dessous.

 

Un contrat nécessite un accord, qui consiste en une offre et une acceptation. Lorsque la personne accepte une offre et donne son accord à une demande, cela indique un devoir imposé par des conditions définies. Un endossement est une déclaration ferme et non équivoque d'accord avec les conditions d'une offre. L'existence d'une offre et d'une acceptation s'apprécie véritablement en fonction des arguments et des actes des parties.

 

Un contrat ne peut être juridiquement contraignant que s'il est étayé.

La promesse ou (en cas de contrat unilatéral) la prestation d'une partie en échange d'une promesse de l'autre partie est appelée contrepartie. En raison de l'exigence de contrepartie, les engagements ne sont pas juridiquement exécutoires. 

 

Pour conclure un contrat, le droit suisse requiert normalement une offre et une acceptation. En droit suisse, des concepts tels que la "contrepartie" (common law) n'existent pas. Les offres et les acceptations sont considérées comme des expressions de volonté (Willenserklärung) qui doivent être juridiquement contraignantes.

 

La signification de toute déclaration est sujette à interprétation. Le cadre du destinataire se concentre d'abord sur un test subjectif, mais une interprétation objective est généralement appliquée en utilisant la notion d'une tierce personne raisonnable dans la position du patient. La signification du comportement suivant est discutable. En droit suisse, la règle de la preuve parol n'existe pas.

 

Si les termes d'un accord sont trop peu clairs pour être appliqués et si les parties sont en désaccord sur des points essentiels, l'accord est incomplet.

Ce n'est que s'il est "juridiquement ou pratiquement impossible de donner un contenu raisonnable à l'accord des parties" qu'un accord sera considéré comme imprécis.

 

La certitude et l'exhaustivité d'un contrat juridique compétent contenant un accord en langage naturel peuvent être mesurées en examinant le contenu de l'accord en langage naturel.

 

Les intentions des parties sont statistiquement significatives, en utilisant leurs mots et leurs actions plutôt que leurs états d'esprit subjectifs. Le choix de former des relations juridiques est déduit par la loi lorsqu'un accord exprès est conclu dans un environnement commercial.

 

Les exigences de formalité des contrats ne doivent pas nécessairement être rédigées dans un format spécifique. Les accords peuvent être exécutoires par la loi, qu'ils soient formés par écrit, oralement ou par des comportements.

 

La Suisse et les contrats juridiques intelligents

 

En Suisse, la technologie du registre distribué est de plus en plus utilisée dans une variété d'industries. Le secteur de la finance est en première ligne de la mise en œuvre de la blockchain et des contrats juridiques intelligents, avec une variété d'entreprises fournissant des services liés aux échanges de crypto-monnaies et autres monnaies virtuelles. 

Par ex, des services de gestion de capital, d'investissement et de commerce, des solutions de possession et de stockage), et la tokenisation de titres comme les actions et les débentures.

 

En Suisse, l'industrie de la blockchain semble actuellement être dominée par des initiatives plus matures, soutenues ou lancées par des institutions financières et des entreprises technologiques bien connues. La réglementation, en particulier les contrats juridiques intelligents, est plus communément acceptée et adoptée par la nouvelle vague de start-ups blockchain dans l'industrie financière.

1
2
3
4
1
2
3
4